Mon parcours vers l’auto-production

selfieJ’aimerais démarrer ce blog en faisant rapidement le tour du matériel de production que j’ai à ma disposition. [translate the article at the bottom of the page] J’accorde beaucoup d’importance à mon indépendance en matière de production musicale. Je tiens à avoir tout le nécessaire pour produire la musique, et ce depuis mes premiers pas dans la création musicale.

Depuis plus de 10 ans, je rassemble du matériel de home-studio afin de toujours améliorer ma configuration et d’être capable d’enregistrer mes compositions, en toute indépendance.

IMG_20170914_151718

Tout a commencé en 2004 quand j’ai acheté mon premier enregistreur : le Zoom PS-04, un 4 pistes numérique. Cette configuration était très rudimentaire, je branchais simplement la guitare sur l’enregistreur, puis un micro pour le chant. Une solution nomade très rapide, que j’ai utilisé pendant quelques années et qui m’a beaucoup appris.

 

J’ai ensuite (2009) upgradé vers le Zoom HD 16 pour obtenir 16 pistes d’enregistrement. J’ai utilisé exclusivement cette unité tout-en-un jusque récemment (2013). Cela me permettait de me passer d’ordinateur durant tout le processus d’enregistrement. Je n’avais en réalité pas trop envie de me plonger dans le monde des plugins, et je tenais à avoir un outil complet, simple et rapide.

11313786_451958281649757_1846438942_n

12063081_955781904467974_2092562903_n

Puis j’ai voulu améliorer ma section mixage/mastering, en misant sur le « hardware », c’est à dire les vraies machines, et non sur les plugins, qui se développaient de plus en plus. Mais les machines c’est plus vivant ! J’ai trouvé des égaliseurs Rane, un compresseur multibande et un préampli à lampes Behringer, associés à une petit reverb que j’avais déjà. La station de travail que j’ai aujourd’hui commençait à prendre forme.

 

Enfin, dès l’année dernière, j’ai eu la chance de pouvoir investir dans un peu de matériel pour mon anniversaire. Il y a eu cette trouvaille sur internet : le Vitalizer Stereo Jack de chez SPL, embellisseur sonore qui donne une touche finale à mes morceaux en élargissant la stéréo et en enjolivant les fréquences basses et aigues grâce à un procédé mystérieux. Je voulais également avoir à disposition un petit delay purement analogique et j’ai choisi la petite pédale Behringer Vintage Delay. Il y a aussi cette réverb de chez Lexicon, la MX 200, les simulations de cette marque sont très réputées, elles confèrent une ambiance au chant, aux guitares, aux percussions,… Une résonnance rétro, une ambiance cathédrale, tout est possible. Enfin, récemment, j’ai aussi trouvé le cousin du SPL dans un magasin d’occasion, le Sonic Maximizer de chez BBE, qui ressemble au SPL mais qui agit grâce à un procédé différent. C’est tout ce matériel qui permet aujourd’hui d’avoir ce son là.DSC_0956

J’ai du investir dans ce que l’on appelle un patchbay afin de brancher tous ces appareils en face arrière et pouvoir me connecter directement à eux en façade. Et un support de micro à fixer sur la table pour éviter de laisser traîner un pied à terre.
Tout ce beau monde est relié à une interface audio USB Behringer pour faire transiter le signal vers le logiciel d’enregistrement libre Ardour, permettant ainsi de mélanger l’univers du matériel « physique » et l’univers du numérique… et d’utiliser quelques plugins !

20617167_10155761841144653_8335049945869848313_o

Je ne compte pas m’arrêter là et je suis toujours à l’affût d’une occasion à saisir, toujours avec l’objectif d’avoir la meilleure solution de production à disposition.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s